>
contrebande.org

des idées derrière la tête

A lire aussi :

L’apocalypse du Capital

Vivre et travailler en montagne

Offrir un livre au monde

Comment ne pas être un mouton de la croissance ?

Le tout-numérique à l’école : iPads et iPocrisie

Center Parcs : L’enfer au paradis ?

Je suis athée et n’emmerde personne

Excuse n°13

Venise, une ville en état de siège permanent

Parution de L’USURE DU MONDE, critique de la déraison touristique. Editions L’Echappée, 2014.

Excuse n°12

Excuse n°11

Parution de Après le MONDE

Comme un DESPERADO/4

Troisième dialogue à Notre-Dame-des-Landes/2

No Border Art

Troisième dialogue à Notre-Dame-des-Landes/1

Dans la JUNGLE DIGITALE

Excuse n°10

Comme un DESPERADO/3

ECHAPPER au « nouvel âge DIGITAL » ?

Comme un DESPERADO/2

Excuse n°9

Les GRANDS projets INUTILES et le travail ANTISOCIAL

Center Parcs dans les Chambarans : utopie ou cauchemar touristique ?

Dans le VENTRE des MÈRES

Comme un DESPERADO/1

Tentative d’un « NOUS SOMMES » temporaire/2

Deuxième dialogue à propos de Notre-Dame-des-Landes (mars 2013)

Tentative d’un « NOUS SOMMES » temporaire/1

Excuse n°8

Comment se rendre intéressant/6

Comment se rendre intéressant/5

Dialogue à propos de Notre-Dame-des-Landes

Comment se rendre intéressant/4

Comment se rendre intéressant/3

Comment se rendre intéressant/2

Comment se rendre intéressant

La MÉCRÉANCE passive au cœur de la CRISE de l’ÉCOLE

L’Aventure à la lettre

La Théorie du Revolver

Excuse n°7

Excuse n° 6

Parution de MOINS !

TOILE,7

Les ATTARDOpithèques et le NUCLÉAIRE

Excuse n°5

La tentation NIHILISTE

Vive l’IGNORANCE !

TOURISME, l’industrie de l’EVASION

TOILE, 6

L’édition pour la jeunesse et le numérique : une transition déjà perdue !

Excuse n°4

Hubert-Félix Thiéfaine, la poésie du CHAOS

WIKIOCEANS, Réunir les AMOUREUX de la MER

TOILE, 5

Excuse n°3

L’INTERCULTURALITÉ sur le GRILL

Excuse n°2

TOILE, 4

TOILE, 3

TOILE, 2

TOILE, 1

EN CHEMIN, TOUJOURS

La relation "ENCHANTÉE" du TOURISME SEXUEL

Apogée ou déclin de la MÉGAMACHINE ?

Excuse n°1

ROLLING STONES, sur la ROUTE des pierres qui ROULENT, encore...

Sauve

L’ILLUSION NUMÉRIQUE

CAP

QUÉBEC INDIEN

Le MANAGEMENT ou le degré zéro de la POLITIQUE

DISPARU

CONTREBANDE, des idées derrière la tête

Accueil > Chaologie > Tourisme > Michel HOUELLEBECQ, Opera TOURISTICA
Michel HOUELLEBECQ, Opera TOURISTICA
Par Rodolphe Christin publié le 14 février 2012.

« Disons les choses plus crûment : est-ce que j’ai envie de voir transformer la France en un pays muséifié, mort ? en une sorte de bordel à touristes ? De faire un peu à la France ce que Bertrand Delanoë, ce génial précurseur, est en train de faire à Paris ? Sans hésiter, je réponds : OUI. »   Michel Houellebecq, Ennemis publics.

L’HOMME, L’ŒUVRE, LE MONDE

Il est de bon ton de tomber sur Houellebecq à bras raccourcis, comme si la bonne tenue l’exigeait, pour ensuite en assurer la notoriété — M.H., cela ne date pas d’hier, doit arriver en bonne place parmi les écrivains français les plus célèbres. Contrairement à B.H.L., son comparse en complainte, prosateur m’as-tu vu bien connu lui aussi, l’homme ne ressent pas le besoin de se promener en costume sombre sur des gravas libyens couleur sable pour s’exhiber dans le chaudron de l’Histoire-en-train-de-se-faire.

HOUELLEBECQ + BHL / ENNEMIS PUBLICS = COURONNÉS PAR LEUR ÉPOQUE (Trouvez l’erreur)

Il faut bien reconnaître qu’entre Houellebecq et l’esbroufe la distance est aussi vaste qu’entre Sade et la conception puritaine de la vertu, Nicolas Sarkozy et le sens du bien commun ou François Hollande et le socialisme révolutionnaire.

Spectateur d’un monde désenchanté, l’écrivain se tient en retrait, éloigné de la tentation d’engagement, avec au visage ce fin sourire intimidé de furtif carnassier sous calmants. Cette position d’observateur timide et froid, un peu lâche (c’est lui qui l’écrit, mais sans doute est-il lâche comme tout le monde, sans plus), porte chance à l’écrivain entomologiste, le plus sociologue des romanciers si l’on en croit les commentaires jetés dans la presse à l’occasion de son récent Goncourt.

Confondre l’homme et l’œuvre, donc, est à son égard monnaie courante. Même son subalterne collègue, l’histrion Frédéric Beigbeder, semble donner raison à ce réflexe : « Dans la vie, les artistes sont parfois différents de leur travail ; pas lui. Le plus houellebécquien de ses personnages, c’est lui ; raison pour laquelle ils s’appellent parfois Michel, et finalement Michel Houellebecq (dans le dernier). » (Cf. « Houellebecq, portrait d’un iconoclaste », Le Figaro.fr du 12/11/2010.)

Michel Houellebecq alimente de son côté la confusion. A l’occasion des entretiens qui suivirent son obtention du prix Goncourt, l’« écrivain national », fameux-fumeux-fumeur, tint des propos sur France Inter (déjà exprimés dans le duo d’Ennemis publics) qui emballèrent un instant la toile Internet. Ô scandale !

« Je ne suis pas pour l’action politique, au fond. (...) Je ne suis pas un citoyen et je n’ai pas envie de le devenir. On n’a pas de devoir par rapport à son pays, ça n’existe pas. Il faut le dire aux gens. (...) On est des individus, tous, pas des citoyens ou des sujets. (...) On n’a aucun devoir par rapport à son pays. (...) La France est un hôtel, pas plus. »

Petite provocation suivie d’une charge sur les politiques répressives de santé publique, cette déclaration d’apathie politique est celle d’un enfant perdu de 68, une sorte d’anar déçu, du coup dépolitisé, c’est-à-dire apparemment dé-collectivisé. Un anar taciturne qui aurait en horreur — par contrecoup d’un désespoir venu des origines — la vie en communauté baba cool et l’écologie new age. De cette période, il aurait toutefois (l’auteur ou ses personnages ?) conservé le goût pour les expérimentions sexuelles, actualisées sur le mode porno car, cher lecteur, vous avez découvert que la technologie sexuelle des romans de Houellebecq est bien souvent d’inspiration directement pornographique. Entre partouses, douches de sperme et doubles pénétrations, les allusions abondent. Quoi qu’il en soit, en affirmant considérer la France comme un hôtel et se considérer non comme un citoyen mais plutôt comme un usager, guidé par son degré de satisfaction, l’écrivain, plus qu’une provocation antipatriotique, déclara tout simplement sa parenté avec une figure typique de la postmodernité : le touriste, a-patriotique et anti-rien, personnage somme toute conventionnel d’un monde de consommateurs.

LE TOURISTE, FIGURE D’UNE ÉPOQUE FATIGUÉE

Aperçu dans sa subjectivité, le touriste ne s’envisage pas — ou plus — comme un citoyen, même si depuis quelques temps il se pique d’éthique (il est le seul à y croire). Le touriste, sauf accident, n’est plus le compatriote de ses semblables, l’équipier d’un même bateau assemblé bon gré mal gré par le partage d’un quotidien (un boulot, un quartier, une commune, une école, une association, une nation…). Cet individu, qui ne veut pas abdiquer (sauf exception : la sécurité) devant la contrainte collective qui vient brouiller son plaisir, se croit guidé par le seul souci de soi ou par celui de ses proches embarqués. De l’indigène, ce touriste préfère les clichés plutôt que la réalité. En dehors de leur folklorisation, il déteste généralement les réflexes traditionalistes qu’il considère comme des archaïsmes résiduels, autant de « caillots » discordants parmi les flux homogènes de la mondialisation libérale. Gâcheurs de plaisir. D’ici fusent les considérations critiques sur l’islam de l’anti-héros de Plate-forme, islam surgissant en fin de roman sous la forme de l’attentat anti-touristique, conformément à l’air du temps de l’après 11 septembre. Cette brutalité explosive dénote dans l’univers lissé du tourisme très organisé. L’enfer au paradis. Elle fait à proprement parler irruption, brusque retour de réel, destin frappeur brutalisant l’hédonisme du plaisir touristique d’un consommateur alangui parmi des fonctions sociales qu’il ne veut pas voir. La plupart du temps, le touriste ignore la main invisible des managers des dispositifs touristiques ; cette inconscience est d’ailleurs la condition pour que fonctionne l’enchantement des lieux. Ainsi va le touriste généralisé qui sommeille en chacun de nous, personnage banal de notre époque. Ce visiteur d’un jour ou de quelques-uns se déplace à la surface du monde en revendiquant cette superficialité qui lui autorise nombre de désinvoltures.

Faut-il parler du touriste ou des touristes ? Peu importe. Restons-en au niveau de l’idéal-type, figure générale dans laquelle chacun peut reconnaître quelqu’un, mais jamais parfaitement. Jamais dans la multiplicité des nuances du réel. Difficile en tout cas de ne pas reconnaitre dans l’œuvre houellebecquienne cet individu sans implication sociale, guidé par le soin égo-hédoniste qu’il espère apporter à ses frustrations ordinaires. Ce personnage incolore évolue dans un climat de lassitude générale qu’il recouvre de ses envies de délassement. Avec de tels objectifs, il apparaît évident que toute contrainte trop frontale est perçue comme trouble-fête. Or le touriste, ce qu’il veut de nos jours, c’est en profiter, s’éclater au maximum, se divertir sans emmerdements. Oublier un quotidien terne dans un décor sécurisé de l’industrie des services. Tous les services. Ce qu’il veut, ce touriste ordinaire, si banal, c’est même, à l’occasion, jouir de ses vices et, pour cela, le « bout du monde » (à Bangkok, Ibiza ou dans le camp retranché d’un hôtel-club) est idéal : loin des enquêtes de voisinage, il trouve sa « liberté ».

Délivré des couches de maquillage des « écrivains-voyageurs », Houellebecq illustre, à merveille me semble-t-il, le constat du sociologue Zygmunt Bauman. Celui-ci notait en effet, au fil de ses investigations à travers la postmodernité, que l’esthétique littéraire contemporaine traduisait régulièrement le point de vue touristique dans sa façon d’envisager et de dévisager le monde. Oui, l’œuvre houellebecquienne illustre ce constat éclairé avec une acuité toute… entomologique. Ou bien même…sociologique.

On pense immédiatement à Lanzarote et surtout à Plate-forme, roman-analyse du tourisme en général et du tourisme sexuel en particulier. La référence géographique crie son évidence dans La carte et le territoire (même si, en matière de déplacement, le G.P.S. remplace tranquillement la carte I.G.N.). N’oubliez pas le camping post-hippie, pseudo-métaphysique et libertin, des Particules élémentaires où se rencontrent des gens ordinaires, ou presque. Prenez même Extension du domaine de la lutte et vous verrez que ce cadre moyen, formateur dans une société d’informatique, adopte bien souvent le regard distancié, descriptif, d’un touriste désœuvré — qui serait quant à lui revenu de tout — circulant entre Paris, Rouen, Les Sables-d’Olonne et La Roche-sur-Yon. Scrutateur de décors fonctionnels et désenchantés, cet homme neutre d’apparence ausculte au passage les méandres de son propre rôle social ; extérieur à tout, il contemple sa vacuité comme celle de ses collaborateurs. Le libéralisme, explique-t-il en substance, c’est la lutte pour la conquête de l’argent ; c’est aussi la lutte pour la conquête du plaisir sexuel.

UNE ÉCONOMIE DE LA FRUSTRATION

Cette théorie, Houellebecq la poursuit dans Plate-forme  : le plaisir sexuel, les frustré(e)s des pays du Nord, grâce à l’argent qu’ils gagnent et qu’ils économisent temporairement, le trouvent chez les pauvres (et grâce à eux) des pays du Sud. Ces derniers, s’ils n’ont pas d’argent, possèderaient par contre la vitalité et la disponibilité sexuelle que les riches n’ont plus. Devenu encore plus riche une fois parvenu chez les pauvres, l’Occidental peut s’offrir son petit plaisir quotidien. Et profiter d’un statut économique revalorisé par la différence des niveaux de vie. Partir au Sud revient à considérer la géographie comme partie prenante d’une « auto-promotion éphémère », comme dirait Mimoun Hillali. De son champ d’observation marocain, ce trouveur clairvoyant l’a bien vu lorsqu’il explique que pour beaucoup faire du tourisme dans les pays du Sud sert de « gratification » et de « revanche sur son milieu habituel ». Le tourisme sexuel s’inscrit de manière emblématique dans ce que le chercheur désigne par la formule lapidaire : « défoulement des nantis et refoulement des démunis ». Ainsi s’échangent les misères entre Nord et Sud ; dès lors le tourisme actuel se présente telle l’expression d’une contrainte et d’un manque. Mais tout cela est d’ordinaire confusément vécu, jamais clairement perçu. Fini l’illusion de liberté.

Pour qui sait lire, la fiction chez Houellebecq formule une théorie de l’échange généralisé fondée sur une économie de la frustration dans un monde capitaliste dévitalisé. Le tourisme entre de plain-pied dans ce contexte. Il dresse les décors adéquats pour que cette gestion des désirs puisse se déployer avec le plus d’efficacité possible, dans une bonne humeur apparente et commerciale, mais malgré tout campée sur un fond racialiste animé de clichés scabreux. « Chaque lieu touristique, remarque Marin de Viry, fin connaisseur de l’homme et de l’œuvre, est un système d’attirance, d’agrégation et de gestion de particules hilares élémentaires ». Le tourisme organise le défoulement des fatigués. Il contribue à artificialiser le contenu d’existences qui, en dehors de la consommation et de ses impératifs souvent exogènes, n’en ont plus guère. Extension du domaine de la lutte, certes, mais les lutteurs sont dépressifs et du coup manquent d’ardeur. Le rire n’émerge, dans ce contexte, que comme une médecine compensatoire. Les patients font semblant, entretiennent l’illusion, histoire de ne pas sombrer sous les assauts de la lucidité froide : « Nous avons besoin d’aventure et d’érotisme, car nous avons besoin de nous entendre répéter que la vie est merveilleuse et excitante ; et c’est bien entendu que nous en doutons un peu » (Extension du domaine de la lutte).

En dévoilant les coulisses socio-psychologiques de cette parade (nuptiale, presque), Houellebecq, bien sûr, contribue à en briser l’enchantement, à en défaire le charme. Ce charme dont bien des spécialistes se complaisent à analyser les bienfaits pour mieux les vanter, du haut d’une expertise évidemment objective. Ceux-ci nous assurent même que critiquer le tourisme est une attitude régressive et réac’ qui ne peut conduire qu’à l’obscurantisme le plus sordide. Le tourisme, c’est bien connu, repose sur le bonheur partagé de la rencontre, le respect entre les peuples, la production et le partage équilibrés des richesses. Le tourisme ou l’industrie du Bien, patrie saisonnière d’Homo Festivus, pour emprunter les termes de Philippe Muray.

Comment pardonner à Houellebecq de mettre des bâtons dans les roues de cette entreprise d’enjôlement ?

Le tourisme se répand virtuellement partout. Le touriste c’est lui ; les touristes c’est nous.

Si j’osais, je risquerais même une psychanalyse de comptoir, décelant dans l’attention touristique de l’écrivain un atavisme contrarié venu du croisement entre un papa moniteur de ski et guide de haute montagne, éternel outsider (notamment parisien chez les montagnards), et une maman globetrotteuse, égoïste et, semble-t-il, maternellement irresponsable et idéologiquement erratique — entre communisme, bouddhisme et je-ne-sais-quoi.

Il faut en convenir : Houellebecq est l’écrivain par excellence de son temps. Il existe à la hauteur de son époque. Ni plus haut, ni plus bas, il l’envisage seulement d’un peu plus loin. Excellent « recorder » (comme il dit), son époque, il l’ausculte de loin et lui parle de près. Et, sans préméditation (peut-être), le voici capable de lui faire perdre la face. Oiseau et ornithologue, il décrit précisément les mœurs et les états d’âme de ses ressortissants. C’est sans sourciller qu’il en révèle les aspects les plus délétères mais aussi les plus touchants.

C’est parce que le public est frappé frontalement en voyant son propre visage, blême et défait, dans le miroir élucidé des particules élémentaires, ou sur la plate-forme de la hotline de ses désirs exotico-érotiques, que les livres de M.H. provoquent autant d’émotions féroces ou, c’est selon, d’admirations acharnées. Ce n’est pas tant du cynisme que de la franchise, même s’il s’avère bien délicat de situer l’écrivain sur l’échelle allant de la complaisance à la critique sociale. Le trouble vient de là, de cette ambiguïté constitutive de l’œuvre, inhérente à son auteur, aussi. L’écrivain en assure d’autant son pouvoir de fascination, non seulement sur le public mais encore sur la société toute entière. Alors oui, ou plutôt non, gardons l’adjectif : cynique, quand même.

Je ne sais si Houellebecq est un grand écrivain, mais il en est assurément un bon. Il mérite son succès, sans que l’on puisse déjà deviner s’il survivra à son temps autrement que comme son documentaliste émérite. Déguisé en liquidateur d’une civilisation moribonde et fatiguée.

Hypocrites, ne criez pas au scandale tout en achetant le dernier Houellebecq !

© photographie vgm8383/Flickr

Références bibliographiques :

Zygmunt Bauman, La vie en miettes, Hachette-littératures, 2010. Marin de Viry, Tous touristes, Flammarion, 2010. Mimoun Hillali, Le tourisme international vu du Sud, Presses de l’Université du Québec, 2003. Bernard-Henri Lévy & Michel Houellebecq,, Ennemis publics. Flammarion/Grasset, 2008. Michel Houellebecq, Extension du domaine de la lutte, Maurice Nadeau, 1994. Lanzarote, Flammarion, 2000. Plate-forme, Flammarion, 2001. Les Particules élémentaires, Flammarion, 1998

27 février 2012

Merci Rodolphe pour ce texte réjouissant et précis. Les romans de Houellebecq laissent, c’est vrai, cette impression déprimante, se voir malade, "blême et défait" dans un miroir - à peine déformant. Merci aussi pour avoir su parler de MH sans tomber dans l’anathème, la caricature ou le moralisme. DK


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

Gilles Klein
Caroline Gaume
Etienne Rodin

Etienne Rodin est consultant. Il intervient auprès d’organisations publiques et privées sur des questions liées aux conditions de travail. Il est l’auteur de L’Horreur managériale (2011) chez les éditions L’Echappée.

Luc Renaud

Luc Renaud est originaire de Hull au Québec. Diplômé en géographie de l’Université de Sherbrooke, il a depuis effectué plusieurs séjours à l’étranger alliant expériences culturelles et travail social de terrain avec des communautés locales en Afrique et en Amérique latine. Vidéaste depuis cinq ans, il traite, à travers le documentaire et la vidéo d’art, des questions touchant les notions de territoire et de colonialisme. Son dernier documentaire, co-réalisé avec Martin Bureau, a été diffusé dans différents pays et a reçu plusieurs mentions, dont une nomination comme “Meilleur documentaire de l’année” au Québec. Il travaille présentement sur un nouveau film et enseigne également la géographie au niveau pré-universitaire.

Ses articles dans le site :
Martin Bureau

Par les véhicules de la peinture, mais aussi de la vidéo installation et du documentaire, Martin Bureau s’affaire depuis une quinzaine d’années à construire un univers critique où la nature est confrontée aux technologies et à l’empreinte de l’homme. Dans une démarche où les notions de géopolitiques sont prépondérantes, il s’intéresse particulièrement à la colonisation et aux chocs des systèmes.

Vous pouvez visiter son site : Martin Bureau
Ses articles dans le site :
H.D. Alianel

H.D. Alianel est le porte-voix d’un courant d’anticipation sociale encore inconnu. Celui-ci rassemble technophobes pratiquants et technophiles dissidents autour d’une critique de la société post-industrielle.

Philippe Godard

Cinquante-trois ans ; deux enfants. J’ai beaucoup voyagé, notamment en Amérique latine et en Inde. J’ai étudié des langues dites « orientales » (haoussa, amharique, bengali, hindi, chinois, quechua).

Créateur et directeur de plusieurs collections de documentaires pour la jeunesse : chez Autrement, « Junior Histoire », dont les premiers titres sont parus en 2001, et que j’ai dirigé durant vingt-six volumes, jusqu’en 2008. Puis « Les Insoumis », chez un petit éditeur strasbourgeois (3 titres), « Enfants d’ailleurs » chez La Martinière (26 titres parus depuis 2005, dont une partie traduits et publiés aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Allemagne). J’ai repris la collection « J’accuse ! » chez Syros Jeunesse, où j’ai aussi créé, sur ce modèle, la collection « Femmes ! », puis « Documents Syros » (9 titres parus), et « Au crible ! » (2 titres).

J’ai publié plusieurs essais politiques, dont un sur le cinquième centenaire du voyage de Colomb en Amérique, ainsi que Contre le travail des enfants (Desmaret, Strasbourg, 2001), Au travail les enfants ! (Homnisphères, Paris, 2007), OGM semences politiques (Homnisphères, 2008) et Toujours contre le travail (Aden, 2010). J’ai publié de nombreux articles politiques, notamment dans Le Nouvel Economiste, Les lettres françaises, Urbanisme, Le Sarkophage, ou encore les revues italiennes Libertaria et Rivista A.

J’ai fait plusieurs conférences, sur des thèmes qui me semblent importants, par exemple sur l’écologie devant un organisme consultatif des Nations unies en Italie en 2003, sur la tolérance à Besançon en 2007, ou sur la culture numérique en 2010 à Aubagne, sur Malcolm X et Martin Luther King à Boulogne-Billancourt en 2011. J’ai publié plusieurs articles de fond sur l’édition jeunesse, par exemple sur le site de Ricochet : http://www.ricochet-jeunes.org/arti...

Je cultive depuis dix-huit ans un potager de plusieurs centaines de mètres carrés, en bio (ni engrais de synthèse, ni pesticide, ni même antilimaces !). J’ai fourni durant trois ans l’épicerie Fauchon en citrouilles, et j’ai travaillé à la fourniture en légumes d’un restaurant deux étoiles durant cinq ans. Cette culture d’un potager biologique est un élément essentiel de mon activité. Chaque année, j’effectue des « essais » (par exemple, en 2011, les haricots noirs), et je tâche désormais de produire toutes mes semences pour ne plus dépendre des grainetiers commerciaux.

Delphine Maza

Née en 1976, Delphine Maza explore diverses formes d’écriture, littéraires, réflexives et audiovisuelles. Ainsi, elle collabore avec des revues telles que Spectre et la Revue des Ressources. Parallèlement, elle développe l’écriture audiovisuelle, documentaire (réalisation des "Chroniques de la Maison vide" ; "Alain Kremski, à la source du son" ; "La main tendue") ou fictionnelle (plusieurs scénarios en cours).

Philippe Bourdeau

Philippe Bourdeau est professeur à l’Institut de Géographie Alpine de Grenoble. Il étudie le rapport à l’Ailleurs des sociétés urbaines à partir de sujets comme les métiers et sports de montagne, les mutations du tourisme ou les dissidences récréatives. Il s’intéresse aussi au blues et au rock comme mythes géographiques. Il est (co)-auteur de "La Montagne, terrain de jeu et d’enjeux" aux éditions du Fournel, de "Sports d’hiver en mutation" aux éditions Hermès-Lavoisier, de "Géographie des sports en France" aux éditions Vuibert, et de" Tourisme : émancipation ou contrôle social ?" aux éditions du Croquant.

Joël Vernet

Joël Vernet est né en 1954 dans un petit village aux confins de la Haute-Loire et de la Lozère où il vécut durant une vingtaine d’années entre une ferme et une maison de village. Dès les années 1975, entreprend plusieurs voyages à travers le monde , plutôt des sortes de vagabondages qui le conduiront en Afrique, Asie, Europe. En particulier dans le désert saharien et dans le nord du Mali d’où il ne reviendra jamais tout à fait. Durant ces mêmes années, rencontre l’écrivain malien Amadou Hampâté Bâ à Abidjan, celui-ci l’invite à se convertir à l’islam. Sans succès. Vit alors à Treichville, quartier populaire d’Abidjan et partage la vie de quelques amis africains. Premières tentatives d’écriture. Dans les années 80, voyage en Egypte et au Soudan. Interrompt ses études universitaires pour se consacrer à l’écriture. Découvre l’œuvre de François Augiéras et commence à produire de nombreuses émissions pour France-culture, rendant hommage à des travaux de recherches, à des créateurs, à des inconnus tous attachés, à leur manière, à un certain art de vivre et de créer. Lit avec ferveur Augiéras, Bonnefoy, Bouvier, Char, Dietrich, Handke, Jaccottet, Juliet, Kamo no chômei, Perros, Rimbaud. . .

De 1983 à 1997 a réalisé plusieurs émissions radiophoniques pour France Culture (Les Nuits Magnétiques, Les chemins de la connaissance). Il a consacré notamment des émissions à l’écrivain malien Amadou Hampâté Bâ en direct de Bandiagara (Mali), au Burkina Faso.

Il crée en 1986 avec Philippe Arbazaïr, conservateur à la BNF, la revue Noir sur Blanc dans laquelle furent publiés de nombreux artistes contemporains du monde entier, poètes, peintres et photographes.

Dès les années 1988, commence à publier ses premiers livres grâce à Michel Camus et Claire Tiévant chez Lettres Vives, Bruno Roy, directeur des Editions Fata morgana. Rencontre le peintre Jean-Gilles Badaire, le photographe Bernard Plossu, Pierre Verger et d’autres artistes avec lesquels il entamera des aventures fécondes.

A l’automne 1997, séjourne trois mois à Montréal, à l’invitation de l’Agence Rhône-Alpes du livre et de l’Union des écrivains québécois.

A l’automne 1999, s’installe à Alep (Syrie) où il vivra deux ans. Découvre l’Est de la Turquie et le désert syrien. Quitte la Syrie et vit en retrait dans un petit village au sud de Lyon, au-dessus de la vallée du Rhône où il poursuit l’aventure d’une œuvre rare et profonde.

En 2001, obtient la bourse d’année sabbatique du Centre National du livre pour l’ensemble de son oeuvre.

Retourne au Québec en 2003 à l’invitation de la Maison de la Poésie de cette ville. Est invité en avril 2004 par le service culturel de l’Ambassade de France au Bahreïn pour une série de lectures, conférences.

En 2005, publie avec des photographies de Michel Castermans, "La Montagne dans le dos, Impressions du pays dogon", Ed Le Temps qu’il fait, livre qui traduit des années de voyages dans cette partie du monde.

En octobre 2007, réalise un livre à huit mains avec le peintre Jean-Gilles Badaire, les photographes Bernard Plossu et Daniel Zolinsky. Une exposition a lieu au même moment à La Fabrique du pont d’Aleyrac (Ardèche) et le livre "Chemins, détours et fougères, un tour du monde en Ardèche", témoigne d’une véritable aventure de création et fut publié à La Part des Anges grâce au soutien du Conseil Général de l’Ardèche et de La Fabrique du pont d’Aleyrac, lieu de rencontres artistiques au cœur de l’Ardèche animé par Annie et Bernard Mirabel.

Il a dirigé un numéro des Editions Autrement consacré aux Pays du Sahel. Entretiens avec Théodore Monod, René Dumont et d’autres africanistes de renom.

En octobre 2004, il édite avec Marie-Ange Sébasti, chercheuse à La Maison de l’Orient de Lyon, un livre collectif sur le site d’Ougarit en Syrie : "Ougarit, la Terre, le ciel", éditions La Part des Anges, à l’occasion de l’exposition consacrée à Ougarit au Musée des Beaux-Arts de Lyon.

Ces dernières années, nombreux voyages en Asie centrale, Laponie finlandaise, Russie, Ukraine, Maroc.

Elisée Personne

Elisée Personne est un pseudonyme.

Roland Jaccard

Roland Jaccard est né en 1941 à Lausanne. Il a collaboré pendant trente-cinq ans au supplément littéraire du " Monde " et créé la collection "Perspectives Critiques" aux Presses Universitaires de France. Il collabore au magazine "Causeur" et publiera son dernier livre chez Grasset début 2013 sous le titre : "Ma Vie et autres trahisons".

Vous pouvez visiter son site : site de Roland Jaccard
Ses articles dans le site :
Anonyme

Anonyme est une énigme. Ni star, ni personnalité, ni individu, ni expert, ni pseudonyme... Zéro égocentrisme. Zéro culte de la personnalité. Une poussée underground.

Marin Ledun

Marin Ledun est né en 1975 à Aubenas, en Ardèche. Traduit dans plusieurs pays, ses romans ont reçu de nombreux prix littéraires comme le trophée 813 du roman noir français et le Grand Prix du roman noir du Festival de Beaune pour Les Visages écrasés ainsi que le Prix mystère de la critique pour La Guerre des Vanités, et le Prix Plume libre pour Modus Operandi.

Vous pouvez visiter son site : http://www.pourpres.net/marin/
Ses articles dans le site :
Henri Mora

Henri Mora est né en région grenobloise. Il s’intéresse depuis déjà quelques temps à la critique sociale et notamment à la critique de la société industrielle, du travail et de la marchandise (et de leurs conséquences). Il a réuni un ensemble de textes et de documents dans un recueil qui a pour titre "Chambard dans les Chambarans - S’opposer à Center Parcs et à la marchandisation du monde", édité par Le Monde à l’envers. Il a par ailleurs participé à la traduction d’un ouvrage de Miguel Amoros dont le titre en français est : "Les Situationnistes et l’anarchie", ouvrage publié aux éditions de La Roue. On peut retrouver certains des textes qu’il a écrits ou auxquels il a contribué sur le site Internet de PMO (Pièces et Main d’œuvre) ou sur le blog "Opposition à Center Parcs".

QoCP

Quelques opposants à Center Parcs (QoCP) rassemble un collectif d’opposants au projet de Center Parcs dans la forêt des Chambarans, en Isère.

Correspondances : QOCP, lotissement n°1, La Roseraie, 26350 Le Grand Serre - Mail : qocp orange.fr

En librairies et en bibliothèques : Chambard dans les Chambarans

Vous pouvez visiter son site : http://chambarans.unblog.fr/
Dikann

Ingénieur en biotechnologie. A travaillé dans le monde agricole pendant plusieurs années, puis dans le milieu de la finance, sur les marchés de matières premières.

A vécu plusieurs années en Suisse (Zürich), au Japon (Tokyo) et en Indonésie (Jakarta). A commencé à pratiquer la peinture et le graffiti en 1991 au sein d’un collectif d’artistes à la Rote Fabrik à Zürich (Suisse), un lieu artistique alternatif.

A étudié le mouvement Gutaï et la notion de créativité à partir du « zéro absolu » à l’Université des Arts de Tokyo, de 1993 à 1997.

A créé et animé à Paris une maison d’édition en sciences humaines et sociales de 2002 à 2010.

Depuis 2009, installé à Lorient comme artiste plasticien et art-thérapeute certifié par l’Etat (Master II, Mémoire sur la question de la création collective en atelier d’art thérapie à médiation plastique au sein d’un groupe de patients psychotiques, névrotiques et souffrant de troubles envahissants).

En tant qu’artiste plasticien, travaille sur la question des représentations de l’inconscient et des archétypes ainsi que sur les représentations symboliques de l’homme dans tous ses états. En tant qu’art-thérapeute, anime des ateliers à médiation plastique et des ateliers d’écriture en hôpitaux psychiatriques.

Nombreuses expositions en France et à l’étranger (Japon, Indonésie, Malaisie, Inde).

Auteur de documentaires Jeunesse chez La Martinière, Syros et Gulf Stream Editions.

Vous pouvez visiter son site : Dikann
Ses articles dans le site :
HUKO

Groupe Huxley-Ubu-Kafka-Orwell

Joignable à cette adresse : groupe.huko autistici.org

Mirko Locatelli

Mirko Locatelli (1980) collabore à la rédaction de Moins !, journal romand d’écologie politique créé avec quelques amis objecteurs de croissance dans un élan d’inconscience, en 2012. Travailleur social de formation, il s’évertue à trouver n’importe quel prétexte pour préserver sa force de travail des griffes du marché qui, de son côté, semble se passer fort bien de ses services. Son alibi le moins bidon a trois ans, vient de franchir le cap du mètre de hauteur et attirera bientôt sur lui les foudres de l’éducation nationale, obligeant son père à alléguer d’autres excuses.

Vous pouvez visiter son site : Moins !
Christophe Huret

Christophe Huret est photographe indépendant et art-thérapeute. Il est notamment l’auteur de La vie au travail, publié chez les éditions du Croquant.

Hélène Lee

Hélène Lee est une journaliste française originaire du Sud-Est de la France. Après des études de lettres et de langues (Russe, Anglais, Japonais) elle quitte la France et séjourne plusieurs années au Japon, où elle participe au travail de la troupe de théâtre d’avant-garde Tenjosajiki. Elle se rend en Jamaïque en 79 et entame une carrière de journaliste. Pendant 23 ans ses articles pour Libération, Rock et Folk et autres media dessinent un portrait inédit de cette île musicale, et de toutes les musiques du Tiers-monde alors en train d’émerger. Elle fera découvrir au public français les groupes historiques du reggae en les invitant en tournée, comme la Mystic Revelation of Rastafari (Théâtre de la Ville) ; par ailleurs elle orchestre les débuts français de chanteurs africains comme Alpha Blondy. En 2001 elle s’implique dans la lutte des musiciens jamaïcains pour leurs droits, suscitant un long procès qui s’achèvera par la victoire de l’avocat des Jamaïcains, Me André Bertrand. Parallèlement elle publie des essais : « Rockers d’Afrique » (Albin Michel, 1987), « Le Premier Rasta » (Flammarion, 1999), « Voir Trench Town et mourir » (Flammarion 2003), et des traductions (notamment des textes de Marcus Garvey). Sa filmographie inclut « Jimmy Cliff, Moving On » (Arte, 52’, avec François Bergeron), « Bons baisers de Barbès » (FR3, 52’), « Une voix sur le Maroni » (FR3) et plusieurs 26’. En 2011 elle dirige l’adaptation cinématographique du « Premier Rasta », son ouvrage de référence sur Leonard Howell, le fondateur du mouvement rasta. Le documentaire a reçu de nombreux prix. Hélène Lee a 69 ans, elle vit dans les Cévennes.

Ses articles dans le site :