>
contrebande.org

des idées derrière la tête

A lire aussi :

L’apocalypse du Capital

Offrir un livre au monde

Comment ne pas être un mouton de la croissance ?

Le tout-numérique à l’école : iPads et iPocrisie

Center Parcs : L’enfer au paradis ?

Je suis athée et n’emmerde personne

Excuse n°13

Venise, une ville en état de siège permanent

Parution de L’USURE DU MONDE, critique de la déraison touristique. Editions L’Echappée, 2014.

Excuse n°12

Excuse n°11

Parution de Après le MONDE

Troisième dialogue à Notre-Dame-des-Landes/2

No Border Art

Troisième dialogue à Notre-Dame-des-Landes/1

Dans la JUNGLE DIGITALE

Excuse n°10

Comme un DESPERADO/3

ECHAPPER au « nouvel âge DIGITAL » ?

Comme un DESPERADO/2

Excuse n°9

Les GRANDS projets INUTILES et le travail ANTISOCIAL

Center Parcs dans les Chambarans : utopie ou cauchemar touristique ?

Dans le VENTRE des MÈRES

Comme un DESPERADO/1

Tentative d’un « NOUS SOMMES » temporaire/2

Deuxième dialogue à propos de Notre-Dame-des-Landes (mars 2013)

Tentative d’un « NOUS SOMMES » temporaire/1

Excuse n°8

Comment se rendre intéressant/6

Comment se rendre intéressant/5

Dialogue à propos de Notre-Dame-des-Landes

Comment se rendre intéressant/4

Comment se rendre intéressant/3

Comment se rendre intéressant/2

Comment se rendre intéressant

La MÉCRÉANCE passive au cœur de la CRISE de l’ÉCOLE

L’Aventure à la lettre

La Théorie du Revolver

Excuse n°7

Excuse n° 6

Parution de MOINS !

TOILE,7

Les ATTARDOpithèques et le NUCLÉAIRE

Excuse n°5

La tentation NIHILISTE

Vive l’IGNORANCE !

TOURISME, l’industrie de l’EVASION

TOILE, 6

L’édition pour la jeunesse et le numérique : une transition déjà perdue !

Excuse n°4

Hubert-Félix Thiéfaine, la poésie du CHAOS

WIKIOCEANS, Réunir les AMOUREUX de la MER

TOILE, 5

Excuse n°3

L’INTERCULTURALITÉ sur le GRILL

Excuse n°2

TOILE, 4

TOILE, 3

TOILE, 2

TOILE, 1

EN CHEMIN, TOUJOURS

La relation "ENCHANTÉE" du TOURISME SEXUEL

Apogée ou déclin de la MÉGAMACHINE ?

Excuse n°1

ROLLING STONES, sur la ROUTE des pierres qui ROULENT, encore...

Sauve

L’ILLUSION NUMÉRIQUE

Michel HOUELLEBECQ, Opera TOURISTICA

CAP

QUÉBEC INDIEN

Le MANAGEMENT ou le degré zéro de la POLITIQUE

DISPARU

CONTREBANDE, des idées derrière la tête

Accueil > Chaologie > Travail > Vivre et travailler en montagne
Vivre et travailler en montagne
La pluriactivité touristique aux frontières ambiguës de l’émancipation
Par Philippe Bourdeau publié le 31 octobre 2016.

Sans éviter certains poncifs, la société urbaine trouve volontiers matière à rêver face au caractère atypique et un brin exotique des métiers de la montagne. Et pour cause ! Saisonnalité, pluriactivité, mobilités en tous genres, incertitude et prise de risque économique et corporelle composent une altérité professionnelle et existentielle perçue comme radicale par rapport aux canons du « monde d’en bas »… Pourtant, alors que le modèle de la société salariale est bousculé par la montée d’une logique d’activité face à celle d’emploi, on peut se demander si les particularités les plus banales des métiers de la montagne ne nous offrent pas un point de vue sur l’avenir du travail… Bref, l’exception montagnarde serait-elle en passe de devenir une nouvelle norme ? Pour le meilleur ou pour le pire ? En quoi et comment les métiers de la montagne sont-ils porteurs d’expériences et d’expérimentations éclairantes ? Dans quelle mesure celles-ci sont-elles porteuses d’une capacité d’émancipation individuelle et collective ? Sont-elles transposables à l’univers urbain ? Ce texte écrit sur la base d’une observation au long cours des métiers sportifs de la montagne tente d’apporter quelques réponses à ces questions. Il est indispensable de noter que sa portée se restreint à une frange minoritaire des travailleurs en montagne, à savoir ceux dont au moins une partie de l’activité bénéficie d’un ancrage dans un métier à forte identité professionnelle, comme celui de moniteur sportif (ski, alpinisme, randonnée, parapente, eaux-vives, escalade), quasi-exclusivement exercé à titre indépendant. De fait, un développement à part entière pourrait et devrait être consacré aux autres travailleurs du tourisme en montagne (employés techniques et de service dans les remontées mécaniques, l’hébergement ou la restauration), dont le vécu est a contrario largement marqué par l’infra-salariat, la précarité économique et une forme d’invisibilité culturelle et sociale. Malgré une part d’expérience partagée dans la saisonnalité et des trajectoires communes, nul doute qu’une telle perspective changerait profondément la tonalité du regard porté sur la relation équivoque qui se tisse entre émancipation et aliénation.

S’il est un registre sur lequel les métiers sportifs de la montagne font figure de laboratoire d’expérimentations économiques et sociales, c’est bien celui de l’assemblage d’un patchwork d’activités et de statuts qui se déploient à l’échelle d’une année et de la vie. La pluriactivité, souvent analysée comme un processus provisoire de transition de la ruralité vers le tourisme, s’est en effet durablement installée dans le paysage montagnard. Les trajectoires individuelles qui en résultent façonnent des curriculum vitae d’un éclectisme improbable, dans lesquels il faudrait en plus savoir lire entre les lignes ! Car peuvent se télescoper de manière successive ou simultanée l’agriculture, l’enseignement du ski ou de l’alpinisme, la création d’un restaurant, la direction d’un office de tourisme ou d’un camping, diverses activités commerciales, la vente de bois, le travail sur des chantiers de travaux acrobatiques, l’accueil dans un golf, voire le service dans un hôtel… Le tout entrecoupé de missions d’agent de développement, de formateur ou de conseiller technique sur place ou dans une agglomération proche, de périodes de formation, et d’exils temporaires pour des raisons familiales ou professionnelles. Chaque personne pourra ainsi vivre des variations radicales dans la nature de son activité (sportive, manuelle ou intellectuelle), dans ses secteurs d’intervention (agriculture, forêt, tourisme, commerce, services, développement local), dans son statut professionnel (salarié.e, indépendant.e, non-déclaré.e, demandeur.e d’emploi, stagiaire en formation), dans sa place au sein de la hiérarchie professionnelle (employeur.e ou employé.e) et même dans l’espace (migrations saisonnières ou temporaires, bi-résidence).

S’ils sont habituels en montagne, ces allers-retours multiples restent largement impensables et indéchiffrables de l’extérieur, et notamment « vu d’en bas ». Car du point de vue urbain dominant, c’est un raisonnement en termes d’identité professionnelle et sociale univoque et très stable qui prévaut. Le vécu des parcours professionnels en montagne, dans lesquels les cartes peuvent être régulièrement rebattues, induit une vision du monde empreinte de fluidité et de souplesse, et d’une accoutumance à l’incertitude. Des liens s’instaurent entre des secteurs et des statuts apparemment cloisonnés, au point que transparaît souvent en filigrane l’image implicite d’une société exempte de catégorisations sociales. On retrouve ici le caractère utopique, uchronique et profondément apolitique des pratiques et des lieux marqués par le tourisme, accentué par le fait de côtoyer au quotidien des visiteurs souvent issus des classes dominantes. Les boussoles en quête de rassurance ne peuvent que s’affoler face à la diversité quasi-infinie des combinaisons professionnelles observables en montagne. La passion et l’inspiration composent avec l’improvisation et l’adaptation aux contraintes. Le subi et le choisi se télescopent sans cesse et battent en brèche les catégorisations ou théorisations hâtives. On retrouve dans nombre de situations vécues l’aspiration à un travail autonome, valorisant et créatif en termes de mode de vie et de statut culturel. Avec en arrière-plan la figure idéale du prestataire de services affranchi de la subordination salariale. Même si elle est finalement assez peu présente en montagne au profit du statut classique de travailleur indépendant, la figure montante de l’auto-entrepreneur, représentée à la fois « statut de la liberté » et pilori de la société salariale, résume bien cette ambivalence. Y compris dans la convergence inattendue qu’elle réalise en toute ambiguïté entre les positions libertaires et néo-libérales sur la nécessité d’abolir la « dictature du salariat ».

Limiter la lecture de la pluriactivité en montagne à une capacité d’initiative individuelle empreinte de mythologie entrepreneuriale serait par trop restrictif. Cette interprétation néglige en effet un arrière-plan crucial. Car au-delà d’énergies et de talents personnels sans cesse mobilisés, la clé de voûte du système est constituée d’un inextricable tissu de ressources conjugales, familiales, sociales et territoriales, qui régulent et amortissent les aléas de la vie professionnelle. Faire son bois pour l’hiver ou vendre un camion de « bois blanc » en cas de besoin financier, planter les pommes de terre et jardiner pour assurer une base d’approvisionnement alimentaire, construire ou rénover soi-même son habitation ou un logement mis en location, sont autant d’exemples banals de marges de manœuvre individuelles qui sécurisent un parcours face aux aléas d’une saison médiocre, d’une mauvaise conjoncture économique, d’une blessure ou d’un changement d’activité. Les conditions de réussite et d’équilibre de systèmes d’emploi et d’activité aussi composites sont nombreuses et complexes, et reposent sur des réglages très fins. Là peut-être encore plus qu’ailleurs, les solidarités intergénérationnelles jouent à plein par la transmission de patrimoine foncier et immobilier, mais aussi d’activités, de matériel et de réseaux relationnels… Même modestes, ces héritages invitent à relativiser l’individualisme apparent pour mieux comprendre comment se déploient des coopérations immédiates ou différées, mais aussi des échanges, des entraides et des coups de mains, à dimension monétaire ou non. Le couple, la famille, les voisins, la communauté locale ou la corporation fondent ainsi une intelligence collective et territoriale, largement impensée mais omniprésente. Car la dimension économique n’est pas la seule en jeu dans l’équilibre incertain des parcours professionnels et personnels. Ce qui incite par exemple à relever que dans leur ambiguïté, les discontinuités temporelles et ruptures d’activités offertes par les intersaisons sont très fécondes. De fait, elles permettent une triple réappropriation du temps (s’occuper de ses proches, voyager, auto-construire son habitation ou aménager un gîte), de l’espace (redevenu temporairement peu ou pas touristique) et des relations sociales (renouées au sein du local ou avec des réseaux extérieurs). Sur un autre registre, le sentiment d’appartenance à un lieu et /ou à un métier à forte valeur ajoutée symbolique (guide de haute montagne, moniteur de ski, pisteur, accompagnateur en montagne) est un fil conducteur majeur de l’identité. En cela, il renforce la capacité à surmonter beaucoup de situations d’instabilité et de fragilité économique, qui pourraient dans d’autres circonstances être vécues sur le mode négatif de la « galère ». Ce filet de sécurité n’est d’ailleurs pas seulement identitaire mais est aussi tissé de solidarités très concrètes. La création de caisses de secours mutuel joue ainsi un rôle majeur dans l’histoire de la structuration des métiers sportifs en montagne, que ce soit dans les Pyrénées ou dans les Alpes.

Les systèmes hybrides d’activités salariées et indépendantes mettent évidemment l’individu en première ligne dans sa capacité à tisser des réseaux et à rebondir de projet en projet pour valoriser et relancer ses compétences et ses expériences dans la durée. Avec pour corollaires l’isolement, la gestion de l’incertitude, la prise de risque économique et physique, l’accompagnement de l’usure du corps… On mesure ici à la fois la banalité quotidienne de ce phénomène, et le caractère élitiste de sa conceptualisation en terme de « société d’entrepreneurs », pensée par et pour des individus sur-qualifiés et dotés de fortes aptitudes à la navigation sociale, héritées ou acquises au prix fort. La récurrence de la question des saisonniers en montagne nous rappelle que la précarité économique et sociale est aussi au rendez-vous de ce modèle. Ce n’est pas pour rien que les stations touristiques sont devenues une nouvelle terre de mission des organisations syndicales. Et ceci a fortiori sur fond de crise économique et de tensions liées aux mutations climatiques et énergétiques à venir… C’est peut-être à l’aune de cet arrière-plan historique que peut être interprétée l’affirmation croissante, en montagne comme ailleurs, de choix de vie individuels tournés vers une simplicité volontaire plus ou moins revendiquée. Ce renoncement à une surenchère consumériste est-il porteur d’une dynamique utopique ?

Pour documenter au plus près des vécus individuels les formes non-conventionnelles de travail en montagne, une cinquantaine d’entretiens approfondis ont été réalisés auprès de professionnel.le.s du tourisme dans le cadre d’une recherche effectuée depuis 2010 dans les massifs du Vercors et des Écrins. Leur témoignage, recueilli et analysé en coopération avec Romain Bérard et Marion Boccoz, étudiants de l’Institut de Géographie Alpine, permet d’expliciter de manière plus précise les pratiques et les positions qu’ils investissent, à la charnière des registres existentiels et professionnels.

Dans la relation avec leurs clients, les professionnels rencontrés dans ce cadre cherchent à renouer les fils épars d’une hospitalité, d’un partage humain et d’une convivialité qu’ils décrivent volontiers comme perdues ou dévoyées dans l’industrialisation du tourisme main stream. Ce sens de l’accueil qu’ils revendiquent ne se veut pas seulement un à-côté ou un supplément d’âme du métier, mais en devient une composante centrale, ce qui les amène par exemple à créer de beaux lieux dans lesquels accueillir leurs clients chez eux ou à proximité. Au delà d’un impératif d’équilibre économique, la fidélisation des clients apparaît comme une source de liberté et de qualité dans la capacité à créer de la connivence et à se faire plaisir ensemble. « Choisir ses clients » pour s’assurer d’une compatibilité relationnelle relève alors d’une démarche de démarketing pleinement revendiquée comme horizon de réussite professionnelle.

Sur le plan sportif les modalités de pratique investies par les professionnels interrogés font la part belle au vécu d’une expérience relationnelle à la montagne et à l’immersion dans ses éléments naturels que sont la pente, la neige, l’air, le rocher et l’eau, sur un registre qui s’apparente à la cosmosensorialité décrite par Bermard Andrieu (2011). Tout en restant omniprésente la technicité se met donc au service de l’émotion et de la découverte, ce qui relance l’intérêt des professionnels pour des pratiques « douces ». De manière générale, bien manger (de préférence « bio »), bien dormir et « être bien » sont pleinement au programme des activités proposées et de la dimension sportive envisagée. Sur le plan géographique, c’est la recherche de lieux à l’écart des grandes concentrations de pratiquants qui est privilégiée, ce qui conduit par exemple des guides à éviter les sommets les plus fréquentés comme le Mont-Blanc, à investir des massifs périphériques jusque là négligés, ou à proposer à leurs clients de parcourir des itinéraires classiques et « patrimoniaux » délaissés par les alpinistes depuis parfois plusieurs décennies. On peut même voir des moniteurs de ski quitter de grandes stations pour travailler dans de petits domaines skiables, et déclarer vouloir travailler le moins possible sur de la neige produite de manière artificielle, en préférant les antiques téléskis aux télésièges. Ce réinvestissement de la tradition, relue à l’aune d’une certaine simplicité choisie et du low-tech peut aussi conduire des professionnels guides ou moniteurs à s’investir dans la pratique du télémark plutôt que dans le ski ou le snowboard. De manière globale, la question de la transmission de la culture au sens large est omniprésente, dans leur pratique. Elle passe par l’orientation et les contenus des activités proposées aux clients, ou par la publication de topoguides et manuels techniques pour faire passer leur conception de l’alpinisme ou du ski de montagne et initier leurs lecteurs à une approche sensible, patrimoniale et sécuritaire du terrain.

Enfin, en ce qui concerne le rapport aux territoires touristiques, on notera d’une part que les pros de notre panel développent plutôt des affinités avec les lieux décalés, les interstices, écarts et périphéries des pôles touristiques, où ils bénéficient de conditions économiques plus propices à leur mode de vie, par exemple un prix du foncier plus accessible, et où ils se sentent plus à l’aise pour expérimenter des manières de faire et de vivre non conformes. Comme l’exprime l’une d’entre elles « on est isolé, c’est ce qui permet de faire les choses à sa manière ». Dans ces localisations ils se lancent volontiers dans la création de lieux multifonctionnels intégrant différents usages : accueil, restauration et hébergement touristique, transformation agricole, formation, galerie d’art, concerts… Ceci tout en conjuguant un fort ancrage local avec l’inscription dans des réseaux professionnels et relationnels extérieurs.

De manière plus générale, la relation entre la manière de travailler et le mode de vie de ces professionnels est marquée par une recherche permanente de cohérence entre choix existentiels et pratique du/des métiers exercé(s). Encore très peu répandue jusqu’au début des années 2000, l’explicitation des valeurs existentielles, philosophiques et même spirituelles engagées en situation professionnelle est devenue très courante. Elle se présente de manière de plus en plus élaborée, autour d’une recherche de sens et de l’intégration d’objectifs d’art de vivre et de développement personnel, y compris au prix d’une autolimitation de revenus : prendre du temps en famille, grimper et voyager pour soi, autoconstruire sa maison, s’investir dans l’action humanitaire… A ce titre, certains professionnels pratiquent le prix libre dans leurs diverses activités sportives, manuelles et de services, et de façon quasi-générale ils pratiquent aussi diverses formes de gratuité dans un temps ou une activité qui seront partagés avec leurs clients, en parallèle d’une prestation tarifée. Pour autant, il est à signaler que les minimas sociaux ne font pas structurellement partie de leur modèle économique, même s’il est possible que certains d’entre eux aient pu en bénéficier à certaines périodes de leur vie.

Sur fond de fascination pour le bouddhisme installée dans l’univers des sports de montagne depuis plusieurs décennies, il est courant de relever dans le quotidien des pratiques des références plus ou moins explicites aux spiritualités orientales : expressions verbales, mains jointes pour saluer, salutation au soleil proposée aux clients avant une journée de ski hors-pistes… Des activités de bien-être (yoga, tai chi, relaxation, sophrologie) et d’épanouissement personnel sont aussi de plus en plus fréquemment associées aux activités sportives, voire même intégrées à celles-ci, qu’il s’agisse par exemple de proposer du « ski-éveil » ou de la « marche consciente ». Enfin, sur fond de référence au développement durable, à la transition voire à la décroissance, la responsabilité environnementale est une figure forte et souvent centrale dans le positionnement de ces professionnels.

Selon les cas, l’agir créatif des professionnels que l’on côtoie dans le tourisme de montagne s’inscrit de manière très diversifiée, et souvent transversale, au sein des trois registres que Hans Joas (1999) définit comme métaphores de la créativité :

  • un registre de « production », qui renvoie à la façon dont certains professionnels mobilisent leur inspiration créative pour se positionner de manière opportune dans l’air du temps en termes de valeurs, de communication et d’offre touristique (exemples du tourisme expérientiel et du tourisme de transformation intégrant des pratiques de développement personnel) ;
  • un registre d’« expression », qui est le plus partagé et permet aux professionnels de rechercher une forme de réalisation personnelle dans l’originalité de leur activité ou de leur mode de fonctionnement et de vie ;
  • un registre de « révolution », par lequel nombre de professionnels rencontrés manifestent à des degrés divers un engagement volontariste dans un changement de société, tout en restant le plus souvent en deçà d’un engagement politique.

Pour la plupart, leur vision des dynamiques sociales et territoriales est relativement désenchantée, et ils sont volontiers critiques vis-à-vis des inerties structurelles et fonctionnelles qui caractérisent l’économie locale en matière d’urbanisme, de tourisme et plus généralement de développement. Pourtant, ils sont coutumiers d’une certaine mise en retrait par rapport aux réseaux et débats politiques locaux, qu’ils expliquent volontiers par les contraintes et les choix de leur mode de vie : de fait ils sont très occupés sur le plan professionnel, soumis aux rythmes de la saisonnalité touristique, s’absentent beaucoup pour raisons professionnelles, et qui plus est consacrent fréquemment leurs propres loisirs à des voyages ou à la pratique sportive ou artistique. Si certains professionnels se positionnent clairement face aux grands dilemmes contemporains (accélérer ou ralentir, croissance versus décroissance...) et s’engagent dans des mouvements citoyens autour des questions de démocratie participative, d’autres sont plus réservés, plus ambivalents, ou sont réticents à exprimer une position idéologique trop tranchée malgré les orientations volontaristes de leur vie et de leur activité. Les penseurs critiques les plus souvent cités sont Albert Jacquard et Pierre Rabhi, et la référence au mouvement Colibris correspond assez bien à la manière dont ils se considèrent comme faisant modestement leur part dans le nécessaire changement du monde. A de nombreux égards, on peut définir cette posture comme « oblique », et la soumettre à une double interprétation : la première renvoie à l’oblique comme tactique d’évitement d’un affrontement direct dans un rapport de force dissymétrique, sur le modèle interprétatif de la ruse et de la « culture du pauvre » (Hoggart, 1970) issue des Cultural studies ; une culture du faible qui rend celui-ci moins vulnérable, voire lui confère un avantage face au pouvoir, ce qui constitue une posture récurrente dans l’histoire des communautés montagnardes selon l’historien Fabrice Mouthon (2011). La deuxième interprétation s’appuie sur les travaux du philosophe François Jullien (2015) et fait de l’obliquité une stratégie à part entière, un « art de l’indirect » propice à la réactivité et permettant d’échapper à toute assignation à une position arrêtée qui constituerait une faiblesse.

Au-delà de cette ébauche interprétative, on pourrait bien sûr approfondir toute une réflexion métacritique sur la façon dont la généralisation d’une approche en termes de valeurs contribue à dépolitiser le débat sur la transformation des sociétés. D’une part en célébrant l’autonomie des acteurs sociaux, qui apparaît comme l’expression d’une anthropologie du libéralisme économique ; et d’autre part en accordant une primauté aux questions existentielles et de sens, au sein d’un discours qui se veut alternatif dans une forme plus philosophique que politique, comme le relèvent les écrits de Frank Poupeau (2012) sur les enjeux de la pensée critique. Ce qui renvoie prosaïquement au constat selon lequel les multiples révolutions « silencieuses » ou « invisibles » célébrées ad libitum par un nombre croissant d’observateurs et d’auteurs seraient tellement silencieuses et invisibles qu’elles ne révolutionneraient au bout du compte pas grand chose, et contribueraient même de manière non intentionnelle à la perpétuation du monde tel qu’il est… On touche là aux limites de l’approche du point de vue des acteurs, du sens qu’ils donnent à leurs propres pratiques et du rapport mythifié qu’ils entretiennent avec celles-ci (Eribon, 2010). En retrouvant là les illusions d’« une frange bohème qui croit sublimer sa trajectoire sociale », selon la formule de Michel Husson (1996). Pourtant, n’est-il pas utile de sortir de temps en temps des grands débats toujours un peu piégés, pour justement aller voir au plus près du terrain comment font les « vrais » gens avec les petites et grandes questions du présent et de l’avenir ? Les « vrais » gens sont ici des professionnels du tourisme, qui soumettent autant que faire se peut un principe de réalité économique au service de leurs passions et de leur choix de vivre et travailler en montagne. A les fréquenter de près et dans la durée, on décèle chez un certain nombre d’entre eux une inclinaison récurrente à ne pas se conformer aux canons de la rationalité économique et de l’ingénierie touristique –ou en tout cas à prendre de singulières libertés avec leurs préceptes et usages courants. Et ce faisant à expérimenter des manières originales de vivre, de travailler et d’habiter. Il s’agit donc d’interroger ces pratiques non conformes dans la façon dont elles cherchent à « faire solutions », sur le plan individuel et collectif, pour développer la capacité de transformation des territoires de montagne sur fond de changements climatiques, énergétiques, économiques et culturels.

Bien sûr, au titre de leur liberté et d’une recherche d’affranchissement des contraintes sociales, les professionnels rencontrés sur le terrain revendiquent leur indépendance par rapport au modèle salarial conventionnel. On retrouve dans cette posture le profil de l’ « indépendant passionné » documenté par Malek Bouhaouala (2008), qui repose sur l’affirmation farouche d’une liberté d’action individuelle, de la volonté de vivre de sa passion, d’un refus de croissance d’activité au delà d’un équilibre économique, de l’orientation de la production sur « soi » à travers une relation affective avec une clientèle fidèle, et d’une insertion dans des réseaux informels qui va de pair avec une prise de distance vis-à-vis des institutions et organisations jugées trop contraignantes. En cela ces professionnel.e.s sont des adeptes résolu.e.s de « l’art de ne pas être gouverné » cultivé dans nombre de montagnes du monde (Scott, 2009). Mais comme nous l’avons vu, ils se trouvent aussi en net décalage par rapport au modèle de réussite entrepreneurial à référence économiciste et productiviste qui prévaut dans la société contemporaine. Ce qu’ils affirment notamment de manière plus ou moins revendiquée par des choix de vie individuels marqués par une forme de frugalité, ce qui constitue une rupture symbolique forte par rapport aux comportements de consommation dominants. Même si la référence à la notion d’entreprenariat social leur est largement étrangère, c’est peut-être aussi de ce côté qu’il convient de chercher des clés de lecture pour comprendre leur positionnement. On retrouve alors de fait la démarche d’« entreprendre sans prendre », proposée par Michel Valentin en lien avec le mouvement Colibris. Avec à la clé une inversion de la vision de l’entrepreneur consistant à placer des exigences existentielles, axiologiques et spirituelles avant la rentabilité économique, et une forte relativisation du statut de l’argent par rapport à celui du temps, de l’éthique, et de l’engagement vers une finalité porteuse de sens personnel et sociétal.

Tentons de résumer le propos : des opérateurs à la fois ordinaires et décalés du tourisme de montagne font preuve en toute discrétion d’une habileté créative singulière et plurielle, culturelle et économique, pragmatique et philosophique... Ceci alors même qu’à bien des égards, la montagne touristique fabrique en même temps du conservatisme politique bon teint et de la précarité sociale. Pour sortir sans bruit de cette inertie, les professionnels de terrain s’appuient sur des cultures professionnelles ancrées sur le plan historique et géographique, ou occupent des créneaux en pleine (re)structuration. Par leur capacité de réaction/anticipation vis-à-vis des mutations en cours, ils apparaissent comme des acteurs discrets mais centraux du débrayage des normes, des rythmes et des polarités géographiques du tourisme de montagne, porteurs d’interpellations et d’interrelations qui fonctionnent comme des réseaux contre-culturels par rapport aux circuits économiques et institutionnalisés, un peu à la manière d’un underground professionnel. A la base de l’économie et de la société montagnarde, des guides, accompagnateurs, moniteurs sportifs de nature, gardiens de refuges et prestataires de services en tous genres réinventent donc au quotidien, dans un foisonnement créatif, une identité professionnelle autour de l’accueil, de l’hospitalité, de l’encadrement et de l’animation sportive. Ceci en même temps qu’ils en redéfinissent les conditions de viabilité économique. Ils explorent ainsi de nouveaux assemblages pluriactifs entre sport, (agri)culture, patrimoine. Tout comme ils mobilisent de façon centrale des valeurs existentielles dans leur activité professionnelle, en référence non seulement à une responsabilité environnementale, mais aussi à des projets de « bonne vie » et d’utopie accessible sur le mode du « small is beautiful », dans une logique qui reste largement infra-politique.

Au-delà des stéréotypes du guide-moniteur ou de l’accompagnateur-hébergeur, ces nouvelles générations professionnelles explorent sans tambour ni trompettes de nouveaux rapports au « métier » et au territoire, plus créatifs et plus métissés. La question-clé reste évidemment de savoir si et comment ces initiatives peuvent contribuer à repenser ou réorienter l’avenir du travail, en montagne ou ailleurs. Dans un contexte marqué par une inflation éditoriale mettant en perspective des démarches, des projets et des acteurs désignés comme défricheurs, transitionneurs, et autres alter-entrepreneurs, peut-on pour autant identifier de réelles alternatives au modèle socio-économique actuel, par le biais d’« initiatives émanant de la base, des citoyens, de petites structures, de l’échelle locale, dont les succès ou les avancées peuvent essaimer à un niveau plus « macro » » (Désaunay, 2015) ? Les logiques d’ingéniosité et de bricolage d’autant plus prégnantes et célébrées dans un contexte de crise, ne continuent-elles pas à être impensées ou cantonnées dans les angles morts de l’action collective ? A partir des observations opérées dans le domaine des métiers de la montagne, la question de la capacité d’entrainement des micro-expérimentations individuelles et locales, ce qu’Éric Dupin (2014) appelle « le changement par les îlots » peut notamment être déclinée autour de trois interrogations : a/ Dans une société figée qui célèbre l’innovation pour surjouer le mouvement parce que –et pour que– rien ne change, les outsiders du tourisme de montagne se cantonnent-ils dans une position contre-culturelle, ou apparaissent-ils porteurs de modèles de pensées et d’action structurants pour l’avenir ? b/ En quoi les dynamiques créatives latérales et obliques observées à la base dans de « petits » lieux, écarts ou confins peuvent-elles contribuer à inverser le sens de la diffusion de l’innovation des périphéries vers le centre, des massifs secondaires vers les hauts lieux touristiques, du hors-station vers les stations, et de la montagne vers la ville ? c/ Comment passer de l’inventivité individuelle à une dynamique collective et territoriale, ne serait-ce que pour concevoir des dispositifs d’intelligence et de réflexivité partagée apte à soutenir, sécuriser, faciliter les trajectoires personnelles repérées ? Comment « désarticuler autonomie et solitude » selon la formule de Patrick Cingolani (2014) ? C’est à l’occasion d’entretiens conduits dans le massif des Écrins que nous avons rencontré une illustration de ce qui nous semble être le « chaînon manquant » entre la créativité individuelle, la dimension collective et celle du territoire : il s’agit de la coopérative d’activité et d’emploi Co-Odyssée, qui non seulement offre des ressources fonctionnelles à ses adhérents pluriactifs, mais développe aussi avec eux une réflexivité collective, notamment autour d’un programme intitulé « Et vous, comment faites-vous pour joindre les deux bouts tout en réalisant les activités qui font sens pour vous ? » . La problématique de l’accompagnement (Lenain, 2011 ; Tallon et Tonneau, 2013) apparaît donc centrale tout en entrant bien sûr en tension avec la dispersion et la diffraction des expériences individuelles.

Il n’est pas si simple de parler des métiers de la montagne sans céder ni à un excès de généralisation, ni à un excès d’angélisme ou de misérabilisme. Il n’est pas simple non plus de comprendre, dans l’hétérogénéité des situations vécues, la teneur et la portée de la longue expérience d’autonomie et de solidarité qu’ils recèlent. Les « douze métiers, treize misères » de la célèbre formule de Céline deviennent-ils autant de richesses au delà de 1 000 mètres d’altitude ?! Les pros du tourisme en montagne sont-ils déjà affranchis, ou au contraire sont-ils l’avant-garde de la soumission volontaire à la flexibilité et à la prise de risque individualisée rêvée par les tenants de l’ultra-libéralisme ? Selon les questions suggérées par Rodolphe Christin, sont-ils aux avant-postes du précariat, ou bien en train d’inventer un nouveau modèle de travail, voire d’anti-travail ? Leur aspiration à l’autonomie et à l’autoréalisation ne tourne-elle pas à l’auto-exploitation ? Loin du cas des métiers de la montagne mais en adéquation parfaite avec ces questions, Patrick Cingolani (2014) explore la frontière ténue entre émancipation et précarité. En interrogeant la capacité de ferment alternatif des expérimentations de formes d’existence et d’activité qui cherchent à échapper à la subordination au pouvoir managérial et à l’impératif de réussite économique, il montre aussi en quoi elle se ressaisissent de « la force de créativité du travail ». Même si cette montée en généralité fonctionne très bien, l’exportation ou la transposition d’un tel anti-modèle en dehors des zones de montagne ne va pas de soi et renvoie à des questions très prosaïques. Celle de l’accès à des marges de liberté en temps (les intersaisons) et en espaces (les interstices et périphéries rurales) est incontournable, tout comme celle des ressources « naturelles » parmi lesquelles la forêt en tant que matière première de bois de chauffage et de construction. Comme le suggère Patrick Cingolani, certains territoires ruraux et urbains s’avèrent plus propices à l’émancipation en fournissant des échappatoires aux logiques de contrôle temporel et spatial, sur le mode d’une discrète hétérotopie. Un effet de lieu n’est donc pas à négliger dans la capacité à rendre possibles des conditions d’expérimentation, et c’est indéniablement le cas de la montagne, ne serait-ce que par la puissance de fascination, d’attraction et de passion qu’exerce ce milieu dans l’imaginaire culturel. On n’oubliera pas non plus la variable déterminante de l’apport de richesses extérieures par le tourisme, dans toutes ses contradictions, et ses effets secondaires que sont l’installation de nouveaux habitants et la création de services.

En ces temps d’interrogations inquiètes ou réjouies sur la « fin » du salariat –qui reste cependant encore largement majoritaire–, le champ des métiers de la montagne contribue à introduire dans la norme dominante du travail un « jeu » –au triple sens d’activité ludique, d’ensemble d’attitudes, et d’espace ménagé dans le mouvement. Pour autant, le kaléidoscope des situations observées en montagne nous donne à penser selon au moins trois pistes : a/ le salariat reste très souvent un point d’appui individuel ou conjugal temporaire et parfois pérenne ; b/ les projets et profils de vie « soutenables » observés en montagne sont à la fois plastiques et très texturés par des identités porteuses de sens ; c/ ce qui fait solution pour un individu s’assortit toujours de conditions d’équilibre d’ordre collectif et territorial qui fondent ou consolident sa prise sur et dans le monde.

Pour –ne pas– conclure cette discussion, il convient de revenir sur la manière dont la pluriactivité détermine la spécificité et l’apport des métiers sportifs de la montagne à une réflexion sur l’après-travail. Dans ses formes les plus classiques, la pluriactivité montagnarde associe couramment non seulement des métiers sportifs entre eux (ex. monitrice de ski et accompagnatrice en montagne), mais aussi des métiers sportifs et manuels (ex. pisteur et charpentier), ou encore des métiers sportifs et intellectuels (ex. guide de haute montagne et ingénieur), et même les trois (guide, menuisier, pigiste). C’est au plus près de l’expérience vécue par les individus que se dévoile le potentiel créatif et émancipateur de tels alliages professionnels, qui restent assez peu concevables dans une vision citadine focalisée sur le cloisonnement des domaines d’activité et le caractère univoque des statuts culturels et sociaux qui les caractérisent. Les nouveaux assemblages professionnels observés dans les métiers de la montagne sont encore plus ouverts sur une transversalité qui réintègre les activités agricoles (élevage, viticulture, apiculture) alors qu’elles avaient quasiment disparu des combinaisons pluriactives au cours des dernières décennies, et qui s’étend jusqu’aux activités à caractère culturel, artistique et patrimonial (cinéma, danse, peinture, sculpture, poésie…) et même aux activités liées au bien-être et au développement personnel. Il serait beaucoup trop long d’énumérer tous les champs ainsi investis par les professionnels et la diversité des assemblages dont ils font l’objet, tant ils tendent à défaire encore davantage les catégorisations et à renforcer encore le caractère « atypique » par lequel sont classiquement désignées ces formes d’activité au regard de la norme salariale. Une galerie de portraits individuels serait nécessaire pour en esquisser un panorama empirique. Et sur fond de montée de l’hétérogénéité des formes et des normes d’emplois, apparaîtraient sans doute des caractéristiques structurelles partagées avec le secteur artistique, lui aussi largement ouvert sur la pluriactivité (Tallon, 2011).

Quels sont les enjeux individuels et sociétaux autour de la pluriactivité comme ressource créatrice d’équilibres économiques, sociaux et culturels au sein et au delà du travail, non seulement en montagne, mais ailleurs ? Les métiers de la montagne ont quelque chose à dire sur cette question à la société contemporaine –en plus de continuer à la faire rêver de grands horizons et d’aventure ? Pouvons-nous envisager un avenir qui nous permettrait, à la ville comme à la montagne, d’explorer plus librement le vécu d’une pluriactivité voulue pour le caractère fécond du choix qu’elle peut offrir à celles et ceux qui, pour un temps ou durablement, ne veulent pas choisir leur « camp du travail » entre le corps, la main et l’intellect ? D’ailleurs, dans nombre d’expériences observées en montagne, au delà de la pluriactivité, c’est d’ores et déjà la notion de multiactivité qui se fait jour, au sens proposé par André Gorz (1997) de possibilité de cumuler ou d’alterner « une pluralité d’activités et de modes d’appartenance » professionnels et amateurs, artistiques et techniques, sportifs, manuels et spirituels.

Si elle ne relève pas d’une pure logique de crise et de dérégulation hyper libérale, cette perspective ne nous offre t-elle pas une possibilité de nous réconcilier avec nos propres altérités manuelles, artistiques et intellectuelles, chacun(e) à sa manière ? Dans l’écart à la norme salariale, quel est le prix à payer pour cette liberté ? Les multiples chemins buissonniers explorés en montagne, qui sont loin de se limiter à des finalités productives, ne nous incitent-ils pas a minima à faire preuve d’une curiosité pour ces questions, par delà d’indéniables ambiguïtés structurelles ?

Références

  • Bernard Andrieu. Un goût de terre, vers la cosmosensation. Atlantica, 2011.
  • Brigitte Biche, Françoise Gerbaux, Jean Le Monnier, Jacques Perret. Créer son emploi en milieu rural. Les chemins de traverse de la pluriactivité. L’Harmattan, 1996.
  • Malek Bouhaouala. Management de la petite entreprise des loisirs sportifs. Une approche socioéconomique. De Boeck, 2008.
  • Patrick Cingolani. Révolutions précaires. Essai sur l’avenir de l’émancipation. La Découverte, 2014.
  • Cécile Désaunay. France : la transition est en marche. Alternatives pour un nouveau modèle. Futuribles n° 407, juillet-août 2015, pp. 101-114.
  • Éric Dupin. Les défricheurs. Voyage dans la France qui innove vraiment. La Découverte, 2014.
  • Didier Eribon. Retour à Reims. Flammarion, 2010.
  • Richard Hoggart. La culture du pauvre. Minuit, 1970.
  • Michel Husson. Fin du travail ou abolition du salariat ? Critique communiste n° 144, 1996.
  • Hans Joas. La créativité de l’agir. Le Cerf, 1999.
  • François Jullien. De l’être au vivre. Lexique euro-chinois de la pensée. Gallimard, 2015.
  • André Gorz. Misère du présent, richesse du possible. Galilée, 1997.
  • Marie-Anne Lenain. Dynamiques et accompagnement des TPE inventives en espace rural isolé. Entre territoires et réseaux. L’exemple en Cézallier, Combrailles et Millevaches. Thèse pour l’obtention du Doctorat en géographie. Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand, 2011.
  • Jean-Olivier Majastre, Erik Decamp et Max Le Borgne. Guides de haute-montagne. Glénat, 1988
  • Fabrice Mouthon. Histoire des anciennes populations de montagne. Des origines à la modernité. L’Harmattan, 2011.
  • Frank Poupeau, Les mésaventures de la critique. Raisons d’agir, 2012
  • James C. Scott. The art of not being governed. An anarchist history of upland Southeast Asia. Yale, 2009.
  • Hélène Tallon. Pluriactivité et accompagnement, un territoire à l’épreuve ; une expérimentation par la formation menée dans le Haut Languedoc (Hérault, France). Thèse de doctorat de géographie. Université Paul Valéry-Montpellier III, 2011.
  • Hélène Tallon et Jean-Philippe Tonneau. Le projet pluriactif entre autonomie et précarité. Les défis de l’accompagnement. Économie rurale 330-331. http://economierurale.revues.org/3485

modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

Gilles Klein
Caroline Gaume
Etienne Rodin

Etienne Rodin est consultant. Il intervient auprès d’organisations publiques et privées sur des questions liées aux conditions de travail. Il est l’auteur de L’Horreur managériale (2011) chez les éditions L’Echappée.

Luc Renaud

Luc Renaud est originaire de Hull au Québec. Diplômé en géographie de l’Université de Sherbrooke, il a depuis effectué plusieurs séjours à l’étranger alliant expériences culturelles et travail social de terrain avec des communautés locales en Afrique et en Amérique latine. Vidéaste depuis cinq ans, il traite, à travers le documentaire et la vidéo d’art, des questions touchant les notions de territoire et de colonialisme. Son dernier documentaire, co-réalisé avec Martin Bureau, a été diffusé dans différents pays et a reçu plusieurs mentions, dont une nomination comme “Meilleur documentaire de l’année” au Québec. Il travaille présentement sur un nouveau film et enseigne également la géographie au niveau pré-universitaire.

Ses articles dans le site :
Martin Bureau

Par les véhicules de la peinture, mais aussi de la vidéo installation et du documentaire, Martin Bureau s’affaire depuis une quinzaine d’années à construire un univers critique où la nature est confrontée aux technologies et à l’empreinte de l’homme. Dans une démarche où les notions de géopolitiques sont prépondérantes, il s’intéresse particulièrement à la colonisation et aux chocs des systèmes.

Vous pouvez visiter son site : Martin Bureau
Ses articles dans le site :
H.D. Alianel

H.D. Alianel est le porte-voix d’un courant d’anticipation sociale encore inconnu. Celui-ci rassemble technophobes pratiquants et technophiles dissidents autour d’une critique de la société post-industrielle.

Philippe Godard

Cinquante-trois ans ; deux enfants. J’ai beaucoup voyagé, notamment en Amérique latine et en Inde. J’ai étudié des langues dites « orientales » (haoussa, amharique, bengali, hindi, chinois, quechua).

Créateur et directeur de plusieurs collections de documentaires pour la jeunesse : chez Autrement, « Junior Histoire », dont les premiers titres sont parus en 2001, et que j’ai dirigé durant vingt-six volumes, jusqu’en 2008. Puis « Les Insoumis », chez un petit éditeur strasbourgeois (3 titres), « Enfants d’ailleurs » chez La Martinière (26 titres parus depuis 2005, dont une partie traduits et publiés aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Allemagne). J’ai repris la collection « J’accuse ! » chez Syros Jeunesse, où j’ai aussi créé, sur ce modèle, la collection « Femmes ! », puis « Documents Syros » (9 titres parus), et « Au crible ! » (2 titres).

J’ai publié plusieurs essais politiques, dont un sur le cinquième centenaire du voyage de Colomb en Amérique, ainsi que Contre le travail des enfants (Desmaret, Strasbourg, 2001), Au travail les enfants ! (Homnisphères, Paris, 2007), OGM semences politiques (Homnisphères, 2008) et Toujours contre le travail (Aden, 2010). J’ai publié de nombreux articles politiques, notamment dans Le Nouvel Economiste, Les lettres françaises, Urbanisme, Le Sarkophage, ou encore les revues italiennes Libertaria et Rivista A.

J’ai fait plusieurs conférences, sur des thèmes qui me semblent importants, par exemple sur l’écologie devant un organisme consultatif des Nations unies en Italie en 2003, sur la tolérance à Besançon en 2007, ou sur la culture numérique en 2010 à Aubagne, sur Malcolm X et Martin Luther King à Boulogne-Billancourt en 2011. J’ai publié plusieurs articles de fond sur l’édition jeunesse, par exemple sur le site de Ricochet : http://www.ricochet-jeunes.org/arti...

Je cultive depuis dix-huit ans un potager de plusieurs centaines de mètres carrés, en bio (ni engrais de synthèse, ni pesticide, ni même antilimaces !). J’ai fourni durant trois ans l’épicerie Fauchon en citrouilles, et j’ai travaillé à la fourniture en légumes d’un restaurant deux étoiles durant cinq ans. Cette culture d’un potager biologique est un élément essentiel de mon activité. Chaque année, j’effectue des « essais » (par exemple, en 2011, les haricots noirs), et je tâche désormais de produire toutes mes semences pour ne plus dépendre des grainetiers commerciaux.

Delphine Maza

Née en 1976, Delphine Maza explore diverses formes d’écriture, littéraires, réflexives et audiovisuelles. Ainsi, elle collabore avec des revues telles que Spectre et la Revue des Ressources. Parallèlement, elle développe l’écriture audiovisuelle, documentaire (réalisation des "Chroniques de la Maison vide" ; "Alain Kremski, à la source du son" ; "La main tendue") ou fictionnelle (plusieurs scénarios en cours).

Philippe Bourdeau

Philippe Bourdeau est professeur à l’Institut de Géographie Alpine de Grenoble. Il étudie le rapport à l’Ailleurs des sociétés urbaines à partir de sujets comme les métiers et sports de montagne, les mutations du tourisme ou les dissidences récréatives. Il s’intéresse aussi au blues et au rock comme mythes géographiques. Il est (co)-auteur de "La Montagne, terrain de jeu et d’enjeux" aux éditions du Fournel, de "Sports d’hiver en mutation" aux éditions Hermès-Lavoisier, de "Géographie des sports en France" aux éditions Vuibert, et de" Tourisme : émancipation ou contrôle social ?" aux éditions du Croquant.

Joël Vernet

Joël Vernet est né en 1954 dans un petit village aux confins de la Haute-Loire et de la Lozère où il vécut durant une vingtaine d’années entre une ferme et une maison de village. Dès les années 1975, entreprend plusieurs voyages à travers le monde , plutôt des sortes de vagabondages qui le conduiront en Afrique, Asie, Europe. En particulier dans le désert saharien et dans le nord du Mali d’où il ne reviendra jamais tout à fait. Durant ces mêmes années, rencontre l’écrivain malien Amadou Hampâté Bâ à Abidjan, celui-ci l’invite à se convertir à l’islam. Sans succès. Vit alors à Treichville, quartier populaire d’Abidjan et partage la vie de quelques amis africains. Premières tentatives d’écriture. Dans les années 80, voyage en Egypte et au Soudan. Interrompt ses études universitaires pour se consacrer à l’écriture. Découvre l’œuvre de François Augiéras et commence à produire de nombreuses émissions pour France-culture, rendant hommage à des travaux de recherches, à des créateurs, à des inconnus tous attachés, à leur manière, à un certain art de vivre et de créer. Lit avec ferveur Augiéras, Bonnefoy, Bouvier, Char, Dietrich, Handke, Jaccottet, Juliet, Kamo no chômei, Perros, Rimbaud. . .

De 1983 à 1997 a réalisé plusieurs émissions radiophoniques pour France Culture (Les Nuits Magnétiques, Les chemins de la connaissance). Il a consacré notamment des émissions à l’écrivain malien Amadou Hampâté Bâ en direct de Bandiagara (Mali), au Burkina Faso.

Il crée en 1986 avec Philippe Arbazaïr, conservateur à la BNF, la revue Noir sur Blanc dans laquelle furent publiés de nombreux artistes contemporains du monde entier, poètes, peintres et photographes.

Dès les années 1988, commence à publier ses premiers livres grâce à Michel Camus et Claire Tiévant chez Lettres Vives, Bruno Roy, directeur des Editions Fata morgana. Rencontre le peintre Jean-Gilles Badaire, le photographe Bernard Plossu, Pierre Verger et d’autres artistes avec lesquels il entamera des aventures fécondes.

A l’automne 1997, séjourne trois mois à Montréal, à l’invitation de l’Agence Rhône-Alpes du livre et de l’Union des écrivains québécois.

A l’automne 1999, s’installe à Alep (Syrie) où il vivra deux ans. Découvre l’Est de la Turquie et le désert syrien. Quitte la Syrie et vit en retrait dans un petit village au sud de Lyon, au-dessus de la vallée du Rhône où il poursuit l’aventure d’une œuvre rare et profonde.

En 2001, obtient la bourse d’année sabbatique du Centre National du livre pour l’ensemble de son oeuvre.

Retourne au Québec en 2003 à l’invitation de la Maison de la Poésie de cette ville. Est invité en avril 2004 par le service culturel de l’Ambassade de France au Bahreïn pour une série de lectures, conférences.

En 2005, publie avec des photographies de Michel Castermans, "La Montagne dans le dos, Impressions du pays dogon", Ed Le Temps qu’il fait, livre qui traduit des années de voyages dans cette partie du monde.

En octobre 2007, réalise un livre à huit mains avec le peintre Jean-Gilles Badaire, les photographes Bernard Plossu et Daniel Zolinsky. Une exposition a lieu au même moment à La Fabrique du pont d’Aleyrac (Ardèche) et le livre "Chemins, détours et fougères, un tour du monde en Ardèche", témoigne d’une véritable aventure de création et fut publié à La Part des Anges grâce au soutien du Conseil Général de l’Ardèche et de La Fabrique du pont d’Aleyrac, lieu de rencontres artistiques au cœur de l’Ardèche animé par Annie et Bernard Mirabel.

Il a dirigé un numéro des Editions Autrement consacré aux Pays du Sahel. Entretiens avec Théodore Monod, René Dumont et d’autres africanistes de renom.

En octobre 2004, il édite avec Marie-Ange Sébasti, chercheuse à La Maison de l’Orient de Lyon, un livre collectif sur le site d’Ougarit en Syrie : "Ougarit, la Terre, le ciel", éditions La Part des Anges, à l’occasion de l’exposition consacrée à Ougarit au Musée des Beaux-Arts de Lyon.

Ces dernières années, nombreux voyages en Asie centrale, Laponie finlandaise, Russie, Ukraine, Maroc.

Elisée Personne

Elisée Personne est un pseudonyme.

Roland Jaccard

Roland Jaccard est né en 1941 à Lausanne. Il a collaboré pendant trente-cinq ans au supplément littéraire du " Monde " et créé la collection "Perspectives Critiques" aux Presses Universitaires de France. Il collabore au magazine "Causeur" et publiera son dernier livre chez Grasset début 2013 sous le titre : "Ma Vie et autres trahisons".

Vous pouvez visiter son site : site de Roland Jaccard
Ses articles dans le site :
Anonyme

Anonyme est une énigme. Ni star, ni personnalité, ni individu, ni expert, ni pseudonyme... Zéro égocentrisme. Zéro culte de la personnalité. Une poussée underground.

Marin Ledun

Marin Ledun est né en 1975 à Aubenas, en Ardèche. Traduit dans plusieurs pays, ses romans ont reçu de nombreux prix littéraires comme le trophée 813 du roman noir français et le Grand Prix du roman noir du Festival de Beaune pour Les Visages écrasés ainsi que le Prix mystère de la critique pour La Guerre des Vanités, et le Prix Plume libre pour Modus Operandi.

Vous pouvez visiter son site : http://www.pourpres.net/marin/
Ses articles dans le site :
Henri Mora

Henri Mora est né en région grenobloise. Il s’intéresse depuis déjà quelques temps à la critique sociale et notamment à la critique de la société industrielle, du travail et de la marchandise (et de leurs conséquences). Il a réuni un ensemble de textes et de documents dans un recueil qui a pour titre "Chambard dans les Chambarans - S’opposer à Center Parcs et à la marchandisation du monde", édité par Le Monde à l’envers. Il a par ailleurs participé à la traduction d’un ouvrage de Miguel Amoros dont le titre en français est : "Les Situationnistes et l’anarchie", ouvrage publié aux éditions de La Roue. On peut retrouver certains des textes qu’il a écrits ou auxquels il a contribué sur le site Internet de PMO (Pièces et Main d’œuvre) ou sur le blog "Opposition à Center Parcs".

QoCP

Quelques opposants à Center Parcs (QoCP) rassemble un collectif d’opposants au projet de Center Parcs dans la forêt des Chambarans, en Isère.

Correspondances : QOCP, lotissement n°1, La Roseraie, 26350 Le Grand Serre - Mail : qocp orange.fr

En librairies et en bibliothèques : Chambard dans les Chambarans

Vous pouvez visiter son site : http://chambarans.unblog.fr/
Dikann

Ingénieur en biotechnologie. A travaillé dans le monde agricole pendant plusieurs années, puis dans le milieu de la finance, sur les marchés de matières premières.

A vécu plusieurs années en Suisse (Zürich), au Japon (Tokyo) et en Indonésie (Jakarta). A commencé à pratiquer la peinture et le graffiti en 1991 au sein d’un collectif d’artistes à la Rote Fabrik à Zürich (Suisse), un lieu artistique alternatif.

A étudié le mouvement Gutaï et la notion de créativité à partir du « zéro absolu » à l’Université des Arts de Tokyo, de 1993 à 1997.

A créé et animé à Paris une maison d’édition en sciences humaines et sociales de 2002 à 2010.

Depuis 2009, installé à Lorient comme artiste plasticien et art-thérapeute certifié par l’Etat (Master II, Mémoire sur la question de la création collective en atelier d’art thérapie à médiation plastique au sein d’un groupe de patients psychotiques, névrotiques et souffrant de troubles envahissants).

En tant qu’artiste plasticien, travaille sur la question des représentations de l’inconscient et des archétypes ainsi que sur les représentations symboliques de l’homme dans tous ses états. En tant qu’art-thérapeute, anime des ateliers à médiation plastique et des ateliers d’écriture en hôpitaux psychiatriques.

Nombreuses expositions en France et à l’étranger (Japon, Indonésie, Malaisie, Inde).

Auteur de documentaires Jeunesse chez La Martinière, Syros et Gulf Stream Editions.

Vous pouvez visiter son site : Dikann
Ses articles dans le site :
HUKO

Groupe Huxley-Ubu-Kafka-Orwell

Joignable à cette adresse : groupe.huko autistici.org

Mirko Locatelli

Mirko Locatelli (1980) collabore à la rédaction de Moins !, journal romand d’écologie politique créé avec quelques amis objecteurs de croissance dans un élan d’inconscience, en 2012. Travailleur social de formation, il s’évertue à trouver n’importe quel prétexte pour préserver sa force de travail des griffes du marché qui, de son côté, semble se passer fort bien de ses services. Son alibi le moins bidon a trois ans, vient de franchir le cap du mètre de hauteur et attirera bientôt sur lui les foudres de l’éducation nationale, obligeant son père à alléguer d’autres excuses.

Vous pouvez visiter son site : Moins !
Christophe Huret

Christophe Huret est photographe indépendant et art-thérapeute. Il est notamment l’auteur de La vie au travail, publié chez les éditions du Croquant.

Hélène Lee

Hélène Lee est une journaliste française originaire du Sud-Est de la France. Après des études de lettres et de langues (Russe, Anglais, Japonais) elle quitte la France et séjourne plusieurs années au Japon, où elle participe au travail de la troupe de théâtre d’avant-garde Tenjosajiki. Elle se rend en Jamaïque en 79 et entame une carrière de journaliste. Pendant 23 ans ses articles pour Libération, Rock et Folk et autres media dessinent un portrait inédit de cette île musicale, et de toutes les musiques du Tiers-monde alors en train d’émerger. Elle fera découvrir au public français les groupes historiques du reggae en les invitant en tournée, comme la Mystic Revelation of Rastafari (Théâtre de la Ville) ; par ailleurs elle orchestre les débuts français de chanteurs africains comme Alpha Blondy. En 2001 elle s’implique dans la lutte des musiciens jamaïcains pour leurs droits, suscitant un long procès qui s’achèvera par la victoire de l’avocat des Jamaïcains, Me André Bertrand. Parallèlement elle publie des essais : « Rockers d’Afrique » (Albin Michel, 1987), « Le Premier Rasta » (Flammarion, 1999), « Voir Trench Town et mourir » (Flammarion 2003), et des traductions (notamment des textes de Marcus Garvey). Sa filmographie inclut « Jimmy Cliff, Moving On » (Arte, 52’, avec François Bergeron), « Bons baisers de Barbès » (FR3, 52’), « Une voix sur le Maroni » (FR3) et plusieurs 26’. En 2011 elle dirige l’adaptation cinématographique du « Premier Rasta », son ouvrage de référence sur Leonard Howell, le fondateur du mouvement rasta. Le documentaire a reçu de nombreux prix. Hélène Lee a 69 ans, elle vit dans les Cévennes.

Ses articles dans le site :